France Finance Consultants France Finance Immobilier

Gestion de patrimoine Courtage d'assurance Transactions immobilières

Cas pratiques

Mme D.,

Se pose des questions d’ordre successoral. En effet, Mme D. vient de perdre un être cher, son oncle, à qui elle était très attachée. Son oncle a laissé à sa sœur et elle, une maison qui est louée à des personnes âgées.

Elle s’interroge donc sur les choix qui lui sont offerts.

Après analyse de sa situation familiale et patrimoniale, nous avons envisagé ensemble différentes solutions, notamment :

Pour simplifier nos préconisations :

Attention, des locataires sont en place et ils sont âgés, il faut donc vendre la maison louée à un investisseur qui conservera les locataires dans le logement.

La cliente Mme D., nous a donc confiée la vente de cette maison que nous avons vendue quelques temps plus tard. Elle a pu alors profiter du capital restant.

Mr F., 49 ans,

Vient de vendre un appartement à Montpellier pour le prix de 120 000 €. Il vient nous consulter car il souhaite placer cet argent pour compléter ses revenus à la retraite.

Il souhaite de la rentabilité et de la sécurité, avec une faible prise de risque.

Notre statut de courtier en assurances nous permet de travailler avec les plus grandes Compagnies d’assurance.

Après avoir analysé sa situation familiale et patrimoniale, ses besoins actuels et à venir, nous lui avons proposé le contrat d’assurance-vie AFER qui nous semblait être le mieux adapté à sa situation.

En effet, il bénéficie d’une belle rentabilité sur le fonds garanti par rapport à la concurrence, présente une solvabilité financière conséquente, son fonds garanti est cantonné, les frais de gestion font partis des plus faibles du marché.

Mr F. a ensuite choisi la répartition de son épargne. Compte tenu de son profil d’investisseur (sécurité avec une faible partie de risque), nous l’avons orienté vers une approche sécuritaire : avec 80% de l’épargne sur le fonds garanti et 20 % répartis sur deux unités de compte (un support flexible avec peu de volatilité et un support actions plus dynamique).

Le contrat d’assurance-vie est à versements et retraits libres, il pourra donc s’il le souhaite reverser sur son contrat ou faire des retraits à tout moment pour compléter ses revenus.

Mr F. a ouvert son contrat Afer depuis maintenant plusieurs années et en est très content. Il effectue des versements régulièrement afin de préparer sa retraite.

Mme et Mr R., 26 et 28 ans,

Mr R., jeune chef d’entreprise, souhaite se constituer une épargne en vue des projets futurs de sa petite famille (acquisition d’une résidence principale,…). Ils viennent d’avoir un enfant, Mathieu.

Mr R. verse donc tous les mois par prélèvements 300 € qui sont investis sur un contrat d’assurance-vie à son nom.

Il peut interrompre ses prélèvements à tout moment et disposer de son épargne à sa guise.

Souhaitant également préparer l’avenir de Mathieu, il a également ouvert un contrat à son nom sur lequel il verse occasionnellement une certaine somme d’argent (Anniversaire, Noël,…). Leur enfant a donc un contrat d’assurance-vie à son nom qu’il pourra utiliser à sa majorité pour financer ses études, ses envies d’entreprendre, acheter sa première voiture, son 1er appartement,...

Mr B., 67 ans,

Souhaite préparer la transmission de son patrimoine. Après étude et analyse des différentes possibilités qui lui sont offertes, Mr B. a notamment rééquilibré son patrimoine, affiné la rédaction des clauses bénéficiaires de ses contrats d’assurance-vie et réalisé différentes donations à ses enfants et petits-enfants.

Nous l’avons aidé dans ses choix en fonction de sa situation familiale et patrimoniale, et de ses objectifs. Ainsi, il a pu préparer la transmission de son patrimoine afin qu’aucun n’enfant ne se sente lésé et que la paix familiale soit maintenue.

Il a également pris des mesures afin de protéger son conjoint survivant.

Mr B. profite maintenant de sa retraite sereinement. Les donations réalisées aux enfants leur ont permis d’avancer dans leur projets et, plus particulièrement pour l’un d’entre eux, d’acquérir sa résidence principale grâce à cet apport.